Your browser version is outdated. We recommend that you update your browser to the latest version.

 

 

Le mois de décembre 1904 marque une rupture dans l’histoire de l’agence. Marcel Rol profite du lancement du journal Les Sports, concurrent de L’Auto, pour imposer ses photographies [1].

Du 1er décembre 1904 à la fin mai 1905, plusieurs centaines de photographies de l’agence, dont 160 sont conservées, paraissent dans le quotidien sportif. Ce succès en entraîne d’autres. Des photos paraissent en une d’un quotidien d’actualité, Le Journal, le 2 mai 1905 [2]. Le supplément littéraire du Petit Parisien publie chaque semaine depuis le 26 février 1905 des photographies sportives de l’agence. Les Sports modernes, la nouvelle revue sportive de luxe dont le premier numéro paraît en mai 1905, fait appel à ses services autant qu’à ceux de l’agence Branger [3].

La notoriété de Rol s’accroît suffisamment pour qu’il décroche le graal au solstice d’été : cette fois c’est lui qui devient « le photographe officiel » du journal L’Auto [4]. Par un jeu de chaise musicale, Branger prend sa place dans le journal Les Sports [5]. L’Auto a publié 486 photographies de l’agence Rol entre juillet 1905 et la fin du mois d’août 1906, parmi lesquelles figurent 134 portraits de sportifs dont les originaux sont conservés et 232 photos mentionnées Rol dont les originaux ont été perdus (parmi lesquelles 131 photographies relatives aux courses automobiles, inventions dans le domaine de l’automobile et salon de l’automobile). L’Auto a publié 12 % des portraits de sportifs pris par l’agence durant la période août 1905-août 1906 [6]. L’exclusivité n’est pas totale, puisque le périodique publie pendant cette période 1778 photographies. Néanmoins 27 % des photographies parues sont des photographies de l’agence !

En 1905, le succès de Rol se fait aussi sentir sur le plan international : aux Etats-Unis, la revue Motor Age publie 66 photographies de l’agence.

Malgré la mort de Marcel Rol, le 17 septembre 1905, l’agence continue sur sa lancée, dirigée par le père de Marcel, Denis Rol, jusqu’alors comptable de l’entreprise. La disparition de Marcel n’empêche pas l’agence de devenir en octobre 1905 l’un des principaux fournisseurs d’illustrations du journal sportif provincial La Provence sportive. Ce journal citant ses sources photographiques, nous pouvons assurer qu’il a fait paraître, d’octobre 1905 à la fin de l’année 1907, 271 photographies de l’agence (dont 130 originaux conservés)[7]. Approximativement au même moment, en novembre 1905, l’agence commence à fournir en photos de sport et d’actualité le quotidien Le Petit Journal.



[1] Marcel Rol est qualifié d’envoyé spécial du journal dans Les Sports du 2 janvier 1905. Le journal annonce le 10 mars 1905 que Rol « assurera désormais notre service de reportage photographique », situation qui paraît plutôt une régularisation qu’une nouveauté, si on tient compte du nombre extraordinaire de clichés de l’agence qui ont paru dans le journal avant cette date…

[2] Edouard VII aux courses hippiques de Saint-Cloud (Rol 2279, Rol 2285, Rol10397)

[3] Voir le tableau comparatif des parutions Branger-Rol (tableau 12)

[4] Pas d’entrefilet dans L’Auto pour le notifier expressément, mais la photo du dirigeable Lebaudy (MAEB 3859) paraît le 4 juillet 1905 dans le quotidien (sans mention)

[5] Les Sports du 29 juin 1905 : « notre photographe Branger » ; Les Sports du 19 août 1905, Branger « directeur de notre service photographique »

[6] En majorité des cyclistes (52), nageurs et nageuses (31), athlètes (18), automobilistes (14), lutteurs (8)

[7] Les photos éditées à plusieurs reprises ne sont pas comptabilisées ici

Ce site web est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 InternationalCe site web est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International

 

Les textes et la mise en page de ce site sont l'oeuvre de Jacques Gasté.

Les illustrations proviennent de collections personnelles ou de Gallica.